Collection gratuite et virtuelle

Pour aider à améliorer le site, vous pouvez transmettre des cartes postales.
Scannez ainsi les documents dans une résolution maximum en JEPG de préférence.
Envoyez-les ensuite à l'adresse suivante : bsdjack@laposte.net
Toutefois aucune réponse ne sera établie sur demande d'achat de cartes.
BONNE VISITE ET MERCI

Retour index

6 - ECCLÉSIASTIQUE - LE COUVENT DES CORDELIERS -


Le couvent doit son existence aux ducs de Lorraine. 

En 1467 Jeanne De Calabre cède aux religieux de l’observance, un terrain en dehors des murs de l’enceinte de Raon pour y bâtir un couvent. À sa mort, son fils le duc Nicolas reprend le projet mais c’est le duc René II qui achève l’oeuvre de ses prédécesseurs aidé en la circonstance par la riche et puissante famille Jean CACHET. 

En 1472, les bâtiments construits des pierres de la carrière du Couvent, sont constitués d’une église dédiée à Sainte-Marthe accolée à un cloître ceinturant une cour extérieure. Ce couvent des Cordeliers est placé sous la direction spirituelle de l’abbaye de Moyenmoutier. Les religieux y sont chargés momentanément de la desserte de la chapelle de La Neuveville. 

En 1521, les Cordeliers du monastère de l’ordre de Saint-François, troisième de la custode de Lorraine sont chassés par des moines Récollets à la suite d’évènements survenus. Il semble que l’abandon de la discipline et les mœurs relâchés soient la cause. De plus la corruption s’est introduite parmi certains religieux qui sans règle, ni subordination, se livrent au désordre et violent leurs vœux. Il est ainsi procédé à leur dissolution. Toutefois ces derniers religieux prennent une revanche pour acquérir à nouveau leur place en 1634. Ils expulsent à leur tour les Récollets pour rentrer dans le couvent où ils y demeurent jusqu’à la Révolution. A ce moment, le couvent de Raon compte 13 religieux dont 7 prêtres et 6 frères lais. Le gardien en est le père Dominique Gilbert. Deux des cordeliers, les pères Jean-François PREVOT et Eloi HURAUX sont déportés et meurent en rade de l’île d’Aix, l’un le 18 juin et l’autre le 13 octobre 17944. Les bâtiments composés de l’église au Nord et de deux corps de logis sont mis en vente en floréal An IV, le 21 septembre 1792, pour être ensuite revendus comme bien national. Ils forment les habitations de la place de la République puis la partie d’une brasserie. 


De cet ancien couvent, il se remarque encore rue Adrien Sadoul, un corps de bâtiment sur lequel il est visible des arcatures de baies en façades.

Couvent des Cordeliers à l'angle de la rue Sadoul et place de la République

Fenêtre de l'ancienne église du couvent des Cordeliers

Ancienne brasserie implantée dans les bâtiments du couvent

LE COUVENT DES BENEDICTINES


En 1633, un couvent de Bénédictines est fondé dans l’actuelle rue Chanzy alors nommée rue des Dames puis Anatole France. La guerre de Trente-Ans oblige les religieuses à quitter celui-ci pour aller se réfugier à l’abbaye de Moyenmoutier.


LES SOEURS A RAON

Les sœurs du Très Saint-Sauveur soignant les malades depuis 1894 à l’hôpital de Raon quitte la ville en 1959. 

Dès 1967, la communauté des religieuses garde-malade de La Neuveville abandonnent leur maison ouverte en 1896. Les sœurs de la maison de la Providence implantée en 1803 quittent elles aussi l’externat en août 1973. Auparavant celles-ci précitées, mesdemoiselles JACQUOT sous les noms de sœurs Anne et Marie du Noviciat de la Providence de Portieux, éduquent des en fants dès la Révolution à l’issue de l’expulsion des religieuses de la doctrine Chrétienne professant déjà en 1750. 

D’autres religieuses leur succèdent dirigeant l’école communale jusqu’en 1890 quittant leur poste à la suite de la Loi laïque. A ce temps et en plus de l’activité de l’enseignement, une soupe populaire est servie place Beauregard sous la direction de sœur Aloïsia dite « sœur du bouillon ». Rajoutons que grâce à un don, en novembre 1845, les jeunes filles peuvent apprendre la couture. 

A partir du 5 juin 1887, une vingtaine d’orphelines sont accueillies sous la responsabilité de sœur PTRONILLE et Denise CLERGE. Au cours de quatre vingt dix années, des jeunes filles trouvent le gîte, le couvert et l’éduction. 

En 1890, monsieur HUIN, maire de Raon l’Étape fait bâtir l’externat Sainte-Thérèse rue Jules Ferry exercé jusqu’en 1904 par les sœurs. 

Pendant la guerre 1914-1915, les locaux sont mis à disposition à des formations sanitaires. De 1920 à 1926, ils abritent un bureau de dommages de guerre, l’école maternelle et cours préparatoires de la commune. 

En 1927, l’externat ouvre à nouveau ces portes sous le nom d’externat Sainte-Thérèse avec des religieuses pour un enseignement complet jusqu’au brevet (40 inscriptions en octobre 1927). Effectif de 121 élèves et 5 classes en septembre 1939. Réquisition de huit pièces sur neuf par la Croix-rouge pour créer un hôpital. Il est ainsi transformé en ambulance de 104 lits. La classe enfantine demeure, les autres déménagent maison Lyautey (Trésor Public rue Pasteur). 

Le 15 juin 1940, fermeture de l’école. Jusqu’au 20 août, 150 réfugiés occupent l’école puis les allemands ravagent une grande partie. 

Le 20 septembre 1940, les locaux sont vidés et les classes reprennent.
Néanmoins septembre 1944, 150 policiers de la Gestapo allemande réquisitionnent les lieux. 
Novembre 1944 dans le cadre des bombardements opérés sur la ville, 60 personnes vivront dans les caves et le 22 du même mois 1944, à leur tour, 120 militaires américains tiennent ces locaux. Ils y sont hébergés pour la reconstruction du pont de La Neuveville. 

Le 26 janvier 1946, arrivée de la nouvelle mère Supérieure et les portes de l’école sont rendues au sœurs de la Providence le 28 janvier 1945 jusqu’en août 1973. 

A l’issue, l’ensemble est confiée au personnel laïc, la Loi BARANGER facilitant le financement des écoles privées. Augmentation des effectifs avec 194 élèves en 1948/1949 puis 216 en 1949/1950. 

Octobre 1953 voit la création d’une nouvelle classe. Il y a alors une classe pour les 6ème et 5ème puis une pour les 4ème et 3ème.


 Externat Sainte Thérèse
Externat Sainte Thérèse
Autres pages : Accueil 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10